• Vernonvilliers Autrefois

     

     

    ETYMOLOGIE ET ANCIENNETE

     

    Vernonvilliers "Vernovillare-Guarnovilla" vient du mot celtique "ver-verno-guarno"  qui signifie "Gué", Villiers signifie "Villa" ou "Village".

    Au centre de Vernonvilliers, au chevet de l'église se trouve la place publique, qui fut jusqu'à ces dernières années (cet  ouvrage  a  été édité  en  1867) une flaque d'eau perpétuellement alimentée par les deux fontaines voisines : celles de St-Vincent et du Tureau.

     

    Photos

     

    Photos

     

    On ne pouvait la traverser à pied sec que dans les grandes sécheresses ou les gelées.

    Située au fond d'une vallée, cette place reçoit les eaux torrentielles des coteaux d'alentour qui y arrivent par quatre ou cinq rues.

    Elle  n'a  pour  décharge  que  le  lit  très  étroit  d'un  petit  ruisseau,  et dans  les  pluies  d'orange,  l'impétuosite  est  belle  qu'elle  entraine parfois,  contre  le  pont  de  pierre  chevaux  et  voitures

    C'est  donc  à  bon  droit  que  les  Gaulois  donnaient  à  cette  place  le nom  de  Gué.

    Si  le  nom   de  Vernonvilliers  est  d'origine  celtique  à  coup  sur,  le village  partage  cette  origine.

    Au  Nord  -  Est  du  village,  au  commencement  du  plateau  qui  le  domine,  presque  vis  à  vis  le  tertre  de  l'ancien  moulin  à  vent,  existait une  ancienne  forteresse  que  la  tradition  locale  assure  avoir  été abattue  par  les  romains.  Une  croix  indique  encore  son emplacement

    Entre  Vernonvilliers  et  Lévigny,  proche  du  chemin  de  Bar  sur  Aube,  existe  une  contrée  qui  à  changé  de  nom,  mais  qui,  il y   à  2  siècles  s'appelait  "La  Pierre  qui  tourne",  là  était  évidemment  un monument  druidique.  La Pierre  qui  vire,  la pierre tournante  était  un  moyen  dont  se  servaient  les  druides  pour  obtenir  des  divinités  la  connaissance  des  secrets,  et  de  l'avenir.  Cette  pierre  qui  vire  était  si  habilement  posée  en  équilibre  sur  une  autre  pierre,  en  forme  de  borne  conique,  que  le  doigt  d'un  petit  enfant,  le  souffle  du  vent,  suffisait  pour  la  faire  tourner  malgré  sa  masse  énorme

    "La  pierre  grise"  du  coté  de  la  Chaise  devait  etre  aussi  un  souvenir  de  quelque  menhir,  pierre  borne  des  Druides

     

    STATISTIQUE

     

    Vernonvilliers  est  situé  à  un  "myriamètre"  environ  au  Nord  Ouest  de  Bar  sur  Aube,  à  jour  limites  :  au  Nord,  Petit  Mesni,  la  Chaise,  Fuligny,  à  l'est  Fuligny  et  Lévigny,  à  l'ouest  Eclance  et  au  sud  Arsonval

    Son  territoire  comprend  765  ha,  son  altitude  au  dessus  du  niveau  de  la  mer  est  de  190  mètres.

    On  comptait  à  Vernonvilliers  45  feux,  120  habitants  en  1780,  on  y  compte  en  1867   186  habitants

    La  contrée  située  entre  le  ru  du  gué  et  le  chemin  de  La  Chaise  s'appelle  encore  "Les  prés  sous  la  ville"  et  une  déclaration  de  1686  désigne  ainsi  une  pièce  de  terre  de  la  contréd  du  champ Thiebaud",  près  des  habitations  proche  de  ce  meme  lieu  en  descendant  vers  la  ville

    Le  rayon  des  habitations  s'étendait  autrefois  bien  plus  loin  qu'aujourd'hui,  et  très  loin  dans  les  champs,  le  soc  de  la  charrue  ramène  encore  ça  et  là  à  la  surface  du  sol,  quantité  de  débris  de  tuiles  et  de  briques,  des  cendres,  etc......

    Au  midi  de  Vernonvilliers,  et  au  Nord  du  chemin  d'Éclance  à  Lévigny,  est  une  contée  appelée  encore aujourd'hui  "Les  Friches  de  la  maladière",  ou  la  pièce  aux  malades.  La  tradition  assure  qu'en  ce  lieu,  existait  autrefois  un  hopital. Cette  maladière  n'était  autre  chose  qu'une  maladière  ou  hospice  des  lépreux

     

    GEOLOGIE

     

    Vernonvilliers  est  situé  sur  le  penchant  d'une  colline  basse  au  bord  d'une  vallée  qui règne  de  Lévigny  à  Eclance.  Du  coté  de  ces  2  villages,  le  territoire  offre de  légères  protubérances,  montrant  le  deuxième  étage  du  calcaire  néocomien  représenté  principalement  par  des  sables,  on  y  retrouve  aussi  des  argiles  avec  lumachelle

    Le reste,  la  partie  basse,  est  formée  par  calcaire  néocomien,  ce  calcaire  se  montre  dans  presque  toutres  les  rues  du  village,  et  dans  tous  les  chemins  un  peu  profonds.

    Les terres arables  varient  beaucoup  d'un  point  à  un  autre.  Celles  qui  gisent  sous  le  sable  néocomien  sont  sablonneuses,  celles  qui  recouvrent  le  calcaire  renferment  beaucoup  de  pierrailles.  Enfin  il  y  à  des  terres  herbues,  qui  résultent  de  détritus  et  de  mélanges  locaux.

    Il  existe  de  belles  sources  dans  cette  commune  :  

    LA  FONTAINE  SAINT  VINCENT  :  ainsi  nommée  parce  qu'elle  se  trouve  presque  sous  le  chevet  de  l'église,  et  à  2  bouches  qui  ne  tarissent  jamais.  L'une  est  recouverte  d'une  pompe  et  fournit  l'abreuvoir,  l'autre  à  fleur  de  terre  et  plus  abondante  à  le  meme  degré  de  température  que  la  Fontaine  Bourbonne dont  il  va  etre  question.

    La  seconde  sara  supprimée  et  déplacée  a  cause  du  chemin  d'intéret  commun  d'Amance  à  Neuilly  dans  l'alignement  duquel  elle  se  trouve.

    LA  FONTAINE  DU  TUREAU  :  à  50  mètres  environ  de  la  précédente  sort  d'une  excavatuin  qui  existe  au  bas  d'un  escarpement  de  calcaire  néocomien  et  fournit  l'eau  du  lavoir  public.

     

    Photos

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Tubes

     

    LA  FONTAINE  BOURBONNE  :  dite  aussi  Fosse  Bourbonne  sans  doute  parce  que  ses  eaux  étaient  comparées  sous  quelque  rapport  aux  eaux  thermales  de la  Ville  de  Bourbonne  les  Bains,  sort  hors  et  tout  près  du  village  sur  le  chemin  de  La  Chaise  .

    Les  eaux  de  cette  Fontaine  Artesienne étaient  autrefois  assez  abondantes  pour  faire  tourner  un  moulin  dit  "Le  Vieux  Moulin".

    Son  petit  bassin  rectangulaire  élève  ses  eaux  à  1m20.

    Sa  température  est  de  12  degrés  au fond  du  bassin  et  celle  de  l'air  étant de  23  degrés.  Cette  fontaine  dans  les  memes  conditions  que  celle  de  Soulaines,  sauf  l'abondance  des  eaux,  est  une  des  plus  remarquables  du  Canton,  elle est  alimentée  par  une  eau  souterraine  qui  court  du  Sud  au  Nord.

     

    Photos



    JUSTICE

     

    La  Seigneurie  de  Vernonvilliers,  mouvante  de  la  Boronnie  de  Jaucourt,  avec  devoirs  de  foi  et  hommage  aveu  et  dénombrement,  quints,  requints  etc....  dépendait  de  la  poste,  du  grenier  à  sel  et  de  l'élection  de  Bar  sur  Aube  du  baillage  et  de  la  coutume  de  Chaumont.

    Les  seigneurs  avaient  sur  leur  terre  toute  justice,  haute,  moyenne,  basse,  avec nomination  de  tous  ses  officiers  :  juge-en-garde,  lieutenant,  procureur,  greffier  et  sergent.

    La  Potence  :  signe  de  la  justice,  était  dressée  au  Nord  du  village,  au  commencement  de  la  rue  de  Brienne.

    Cette potence  a  fait  place à  la  croix,  le  nom  seul  de  "potence"  est  resté  à  la  Contrée.  En  1520  l'admodiateur  était  chargé  d'entretenir  la  prison  qui  était  adossée  en  appenti  à  la  grange aux dimes.

     

    EGLISE

     

    L'église  de  Vernonvilliers  est  composée  de 3 nefs,  mesure 21 m 50  en  longueur,  15 m  en  largeur  et 8 m 33  de  hauteur  dans  la  grande  nef,  5 m 12  de  hauteur  dans  les  nefs  collatérales.

    La  base  du clocher  forme  galerie  et  sa  charpente  masque  la  belle  architecture  du  portail  principal  qui  remonte  au  13 ème  siècle.

     

    Photos

     

    Ce  portail  à  colonnettes  superposées  à  7 m  de  haut,  6 m  de  large  et est ce qu'il y a   de plus  remarquable  et  de plus  ancien  dans  tout le  momunent.

    L'église  a  été  reconstruite  presque en entier  vers  1528,  et  les  seigneurs  en cédant  l'usage  de  leurs  bois  en  cette  meme  année,  attribuaient  à la  construction  de  l'église,  la  moitié  des  60  sous qu'ilsexigeaient des  étrangers  prenant  part  aux  usages.

    Les  pierres  d'attente  des  piliers  n'ont  reçu  au  lieu  de  toutes qu'un  simple  plancher.

    Autrefois  le  choeur  et  les  chapelles  étaient  séparées  du  reste  des  nefs  par  de  hautes  grilles  en  bois.

    Les  chapelles  étaient  réservées  aux  familles  nobles  de  la  paroisse.

    L'église  est  dédiée  à  Saint  Vincent,  diacre  et  martyr,  fété  le  22  Janvier.

    Photos

     

    En  1700  on  comptait  7  confréries.

    Le  terrain  est  tellement  accidenté  autour  de  l'église  que,  tandis  qu'il  faut  monter  13  degrés  pour  arriver  au  grand  portail,  il  faut  au  contraire  descendre  6  marches  pour  entrer  dans  l'église  par  le  portail  septentrional,  et  que  la  toiture  des  maisons  derrière  l'église,  est  à  peine  au  niveau  de  l'autel.

    Monsieur  de  Balidart  seigneur  de  Fuligny  et  de  Vernonvilliers  en  partie,  a  fait  sculpter  les  croix  de  Malte  sur  les  piliers  de  l'église  en  souvenir  des  soins  reçus  des  Chevaliers  de  Malte  alors qu'il  accompagnait  Saint  Louis  pendant  la  croisade.

    Photos

    Blason  de  la  Famille  de  Balidart

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Photos

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Photos

     

    Monsieur  Balidart  Joachim,  écuyer (en 1623)   comme homme d'arme du Duc de Guise

     

    Charles  de  Lorraine  ou  4 ème  Duc  de  Guise

    Né  le  2  Aout  1571  à  Joinville

    Décès  le  30  Septembre  1640  à  Conti  (Italie)  à  l'age de  69  ans

     

    Joachim de Balidart participe aux défenses de la Mothe le 30/7/1642

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Les parents de Joachim sont :

     

    Hector de Balidart  ET  Edmée Gruy

    Ils sont nés avant 1555

    Décès après 1623

     

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Pierre  tombale  à   l'intérieur  de  l'église

     

    Cy  gist  le  corps  de  Feult

    Hector  de  Balidart  et  de  sa 

    Femme   (1612)

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Joachim de Balidart, écuyer, seigneur de Doncourt et Fuligny en partie

     

    Il résidat à Vernonvilliers

     

    Né avant 1623

    Décès le 20/3/1675 à Vernonvilliers

     

     

    Sa Femme : Nicole Jeanne de Bossancourt, Dame d'Aigremont en partie

     

    Née avant 1623

    Décès 14/11/1648 à Eclance

     

    Ils se sont mariés le 23/2/1623 à Saucourt sur Rognon avec un contrat

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Leur Fille : Catherine de Balidart       Décès en 1653

    épouse de Nicolas le Rigollot          Décès en 1691

     

    Ils se sont mariés le 9/1/1644 à Ville sur Terre avec un contrat

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Leur fils  :   Charles le Rigollot né le 18/8/1652

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    Les  lépreux  étaient  enterrés  à  l'entrée  de  l'église  à  droite  et  l'endroit  protégé  par  une  grille.

     

    LA  GRANGE  AUX  DIMES  :  se  situe  à  l'est  de  l'église  et  du  gué.

     

    Photos

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    LAVERGNE  " dit  Vernonvilliers"  nom  du  village  ou  il  est  né  à  une  date  inconnue

    Caporal  des  grenadiers  du  régiment  du  Berry

    Il  arrive  avec  sa  compagnie  à  QUEBEC  fin  Juillet  1757

    Il  décède  le  30  Avril  1760  et  est  enterré  au  cimetière  de  l'Hopital  Général  du  Québec   

     

    Vernonvilliers Autrefois

     

    MAISON  de   MAIZIERES

     

    Louis  de  Maizières                    écuyer

    Claude  de  Maizières                 écuyer

    Claude  II  de  Maizières

    Nicolas  de  Maizières

    Anne  de  Maizières  épousa  Jean  Charles  de  Creney                            un gentilhomme  de  Vernonvilliers                                              

    Louis  de  Maizières  était  en  1668  page  du  Comte  de  Chastelus,  seigneur  du  Magnifouchard

    Claude  François  de  Maizières  était  Chevalier  de  Saint  Louis.

     

    Dans  la  rue  dite  d'Eclance  ou  d'Enfer  on  voit  encore  le  manoir  des  Maizières,  avec  sa  porte  cintrée  et  ses  fenetres ,il  porte  le  nom  sur  le  cadastre  de  Chateau  de  Misère.

     

    MAISON  DE  CRENEY

     

    Nicolas  de  Creney                    écuyer

    Charles  de  Creney                   écuyer

    Jean  Charles  de  Creney        écuyer

    Louis  de  Creney  Chamoine  mourut  en  1745, faisant  un       lègue à l'église de Vernonvilliers

    Charles  François  de  Creney   écuyer

    Charles  de  Creney  né  1718  décédé  1753

     

    Le  manoir  de  la  famille  de  Creney,  rue  des  ormes  sur  le  tureau  Saint  Martin  au  dessus  du  lavoir  public

     

    Le  Manoir  de  Joachim  de  Blidart,  tenait  avec  ses  dépendances,  à  celui  de  Maizières,  a  la  grande  rue  à  la  Maison  d'Antoine  Poilevé  et  à  la  contrée  dite  "La  Niversel".  Ce  manoir  consistait  en  3  chambres,  1  colombier,  des  étables,  2  enclos.

     

    ARRIERES  FIEFS  DE  VERNONVILLIERS

     

    Arrière fief  de  Bourbonne

     

    Nicolas  du  Mesnil                    sieur  de  Bourbonne

    Nicolas  II  du  Mesnil                sieur  de  Bourbonne

    Jacques  du  Mesnil                    sieur  de  Bourbonne

     

    Arrière  fief  du  Marchais

     

    Le  fief  du  Marchais  n'est  plus  aujourd'hui  qu'une  contrée  située  entre  le  chemin  de  Lévigny  et  des  Fontelles.  (François  de  Balidart  écuyer  du  seigneur  de  Fuligny  est  le  premier  sieur  du  Marchais connu).

     

    Arrière  fief  de  la  Punissière

     

    A  droite  du  niveau  formé  par  la  Fontaine  Bourbonne  et  à  gauche  d'un  coteau  stérile,  se  trouve  le  chemin  de  la  punissière.

    Ce  chemin  conduit  à  l'emplacement  d'un  ancien  chateau  du  meme  nom.

    Vers 1820  un  trousseau  de  clefs  a été  retrouvé  au  milieu  de  cendres  et  de  débris  de  construction.

    La Punissière  était   une  prison  devenue  Chateau  quand elle à  cessé  d'etre  prison.  Ce  qui  est  certain  c'est  que  le  Chateau  de  la  Punissière  fut  dévoré  par  les  flammes.

     

    Joachim  de  Balidart,  écuyer,  hommes  d'armes  dans  la  Compagnie  de  Monseigneur  Henri  de  Lorraine;  Duc  de  Guise,  était  domicilié  à  Vernonvilliers.

     

    Nicolas  de  Balidart  vendit  en  1760,  à  Nicolas  Claude  Bourgeois  de  Bar sur Aube  son  manoir  situé  rue  aux Canes.

     

    La  Maiso n  de  Joachim  de  Balidart  se  trouvait  rue de  Brienne  vis  à  vis  la  rue  aux  Canes  et  non  loin  du  Manoir  de  Clausse.

     

    L'habitation  la  plus  importante  de  la  famille  Balidart  se  trouve  au  nord  de  l'église  et tient  au  cimetière  vis  à  vis  la  rue  d'Eclance

     

    La grande  cour  d'autrefois  est  coupée  en 2  par  un  mur  qui  va  s'appuyer  sur  le  milieu  de  la  maison  et  forme  2  habitations  séparées,  on  voit  au  dessus  de  la  porte  de  la  maison  une  pierre  saillante   sculptée,  portant  un  écusson  noirci  et  usé

     

    Au  couchant  du  manoir  de  Nicolas  Clausse  se  trouve  la  rue  aux  Canes,  le  manoir  de  la  Morthaiscrie,  il  comprenait  3  chambres,  2  cabinets,  des  batiments  de  décharge  et  2  journaux  de  dépendances,  il  supprime  l'étage  du  manoir  pour  éviter  les  réparations.

     

    Jean  de  la  Lune   écuyer   vendit en  1566,  maison,  cour  et  jardin,  rue  de  Brienne  près  de  "l'étang  de  la  Noé".

     

     

    EXTRAIT  DE  L OUVRAGE  DE L ABBE  CAULIN        1867..

    .

     

     

    .

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter